REVUE 13

Photo extraite du site de B.BACOS" Il y a quelque chose d'impalpable qui fait que rien n'est semblable la nuit et le jour."

Entretien avec Bernard BACOS

 1 En lisant tes textes on a une vraie impression de retrouver cette atmosphère de la nuit et des soirées de ces années-là alors que tu décris assez peu ce qui s'y passait, est ce volontaire ?

 En effet, on ne peut pas vraiment dire qu'il se passait grand chose dans ces soirées, c'était un peu toujours pareil. Le plus important c'était les sensations indescriptibles, la magie de la nuit. Il n'est pas toujours passionnant de raconter qu'on a été dans telle soirée, qu'il y avait de belles filles, qu'on était défoncé et qu'on s'est senti bien en dansant sur tel morceau qu'on aimait particulièrement. On ne peut le décrire qu'au travers de flashes, d'allusions, de détails, ou bien de photos qui en disent beaucoup plus qu'un long récit !

 2 Puis parlant de la soirée hommage à Pacadis et plus généralement sur les descriptions que tu fais, je me suis aperçu que le "name dropping" donnait beaucoup de vraisemblance à tes récits, comme si le fait de dire "untel" et le lieu suffisait à convoquer cette ambiance ? Est-ce que tu as eu cette sensation en lisant Pacadis ? Est-ce que tu ne penses pas que c'est lié à ton sujet, les soirées ? La nuit ?

 Je peux dire que ce qui compte le plus dans une soirée, c'est "qui est là" et "qui n'est pas là", c'est avant tout ça qui en fait ou pas la réussite. Une fête, même très bien organisée avec un maximum de moyens, mais où ne sont pas présents ceux que vous souhaiteriez voir peut se révéler très vite être d'un ennui mortel et vous donner envie de fuir, ça m'est arrivé plus d'une fois, à moins de faire d'y faire de nouvelles rencontres, mais ce n'est pas toujours évident.

Photo extraite du site de B.BACOS

Inversement j'ai de très bons souvenirs de soirées à l'improviste, en compagnie de gens avec lesquels j'avais envie d'être à ce moment là et de parler jusqu'à l'aube. C'est pourquoi la liste de ceux qui "y étaient" suffit à planter le décor, bien plus que toutes les descriptions sur l'endroit, la musique, etc.. Pacadis l'avait bien compris, et après lui des gens comme Eric Dahan avec ses chroniques dans Libé.

 3 Mais l'effet des noms sur quelqu'un qui lit (et ne les connaît pas) vient peut être aussi de côté "histoires extraordinaires" qui sont associées à la nuit et qui fascinent, as-tu eu cette impression que certaines soirées n'auraient pas eu le même impact de jour ? Est-ce que cet effet de magies, d'histoires de la nuit agit aussi sur ceux qui visitent ton site ou qui te rencontrent ?

kalfon_photo_catherinefaux

 Il y a quelque chose d'impalpable qui fait que rien n'est semblable la nuit et le jour. J'aime bien cette histoire d'origine africaine je crois qui dit qu'il y a des créatures qu'on ne peut croiser que la nuit et qui disparaissent complètement le jour. L'effet de cette magie de la nuit agit surtout sur ceux qui ont un imaginaire fort, et peut en laisser froids d'autres.

Photo extraite du site de B.BACOS

4 D'après toi, en quoi ça a pu changer le regard de ceux qui te rencontrent aujourd'hui ou qui découvre ton site ?

 

 Là, tu me demandes de me mettre à la place des autres, je ne peux pas répondre, le mieux serait que tu demandes à l'un d'entre eux.

 5 Non je voulais savoir, par exemple si le fait que tu aies connu des soirées, des ambiances, des gens, que tu aies fait partie de ces nuits pouvait fasciner certains, et en quoi cela s'illustrait ?

 Je suis sûr que ça doit en fasciner certains, mais ils ne le manifestent pas forcément.

 

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 13