EDITO PREFIGURATIONS COM. 14

La couleur parle malgré le motif. Elle apporte immédiatement une ambiance, des nuances et contribue à l'histoire figurative. Pourtant elle a aussi tendance à ignorer le sujet, à se montrer parfois plus fort que lui. En lumière, en costume, en vêtement, elle introduit quelquechose dans la scène mais continue de dire ce qu'elle veut. Support de tous les fantasmes, la couleur montre à chaque fois une autonomie. Et curieusement la preuve que figurer ne dépend pas d'un texte.

Prefigurations sort du virtuel pour y réfléchir :

A Strasbourg. Lauréat du concours du jardin des deux rives, le paysagiste Julien PILLAULT nous présente en 5 semaines, du projet à la réalisation et l'inauguration, le passage du projet au réel. La présentation de son travail nous permet de le questionner: peut-on penser un jardin comme une succession de plans, et voir en cela comment la couleur entre en action.

A Wesserling, près de là, un autre de ses projets primés, un "jardin tapis" réalisé au printemps aborde la notion de motif où le dessin n'est presque plus qu'un prétexte à couleur.

A Evry, Prefigurations devenue association organise ses premières "Promenades architecturales" dans le cadre des réflexions sur l’espace public des Rendez-Vous de l’Ethique 2004. La couleur est elle un environnement, grande question interrogeant Evry aux réponses inattendues.