REVUE 16

EMMANUEL SCHAMELHOUT

Parler d'un art naïf a-t-il un sens ? D'invention récente, C.YAHIA élucide dans : "L’art naïf : série B ou comique de l’art académique ?" qu'il ne s'agit que d'une catégorie. Ces oeuvres apparemment semblables n'ont rien de commun.

Nous avons choisi de comparer le travail de MOUSSA N'DYAYE, un peintre malien ,

EMMANUEL SCHAMELHOUT un français qui a choisi comme un parti pris la représentation naïve

PIROSMANI un artiste géorgien idole de cet état de l'ex-URSS influencé par le folklore de son pays,

enfin des images de peintures d'ARTISTES ABORIGENES australiens.Photos prises dans un rocher sacré dans le centre de l'autralie

 

Un numéro d'été comme un album à colorier qui aborde sous un nouvel angle ce que figurer peut signifier.

 

DES ARTS NAIFS ?

 

REVUE GRATUITE DES ARTS FIGURATIFS Juillet / Août 2004

REVUE 16