REVUE 20
Rimbaud et la boîte à bonheur
 Situé à la fin des Illuminations, ce poème de Rimbaud, que l’on pourrait très bien rebaptiser dans une version plus moderne «dernières ventes avant liquidation totale», est généralement considéré par les commentateurs comme le poème de ses rêves déchus.
Echec dans la réalisation d’une nature soumise à l’homme, dans l’harmonie «chorale» de toutes les énergies en une seule force, dans la naissance d’un Homme nouveau, affranchi de toute hérédité, race, sexe et domination.
Echec dans la réalisation d’immenses exodes de populations, dans l’augmentation du confort (Rimbaud emploie le néologisme inspiré de l’anglais «comfort», certes bien plus comfortable !) et du luxe accessible à tous grâce au progrès technique…
 SOLDE


A vendre ce que les Juifs n’ont pas vendu, ce que noblesse ni crime n’ont goûté, ce qu’ignorent l’amour maudit et la probité infernale des masses ; ce que le temps ni la science n’ont pas à reconnaître ;


Les voix reconstituées ; l’éveil fraternel de toutes les énergies chorales et orchestrales et leurs applications instantanées ; l’occasion, unique, de dégager nos sens !


A vendre les Corps sans prix, hors de toute race, de tout monde, de tout sexe, de toute descendance ! Solde de diamants sans contrôle !


A vendre l’anarchie pour les masses ; la satisfaction irrépressible pour les amateurs supérieurs ; la mort atroce pour les fidèles et les amants !


A vendre les habitations et les migrations, sports, féeries et comforts parfaits, et le bruit, le mouvement et l’avenir qu’ils font !


A vendre les applications de calcul et les sauts d’harmonie inouïs. Les trouvailles et les termes non soupçonnés, possession immédiate,


Elan insensé et infini aux splendeurs invisibles, aux délices insensibles, _ et ses secrets affolants pour chaque vice_ et sa gaîté effrayante pour la foule.


A vendre les Corps, les voix, l’immense opulence inquestionable, ce qu’on ne vendra jamais. Les vendeurs ne sont pas à bout de solde ! Les voyageurs n’ont pas à rendre leur commission de si tôt !

 

A. Rimbaud, Illuminations.

 Rimbaud abandonne tous ses rêves, il les liquide et même s’en affranchi «pour solde de tout compte», littéralement, il «passe à la caisse» de ses désillusions. Pourtant, aujourd’hui tous ces rêves ont été exhaussés et semblent «disponibles dans le centre commercial le plus proche de chez vous», selon la formule consacrée.

 Interprétation consumériste : musique ! (de supermarché)

 

Chers clients,


Nous sommes heureux de vous accueillir dans notre centre commercial et espérons vous compter parmi nos plus fidèles clients.


Dans l’agence immobilière de notre centre commercial, vous trouverez : ce que les Juifs n’ont pas vendu, nécessité historique oblige !


Au rayon CD, nous vous proposons toutes: Les voix reconstituées ; l’éveil fraternel de toutes les énergies chorales et orchestrales et leurs applications instantanées ; l’occasion, unique, de dégager nos sens !


Au rayon cosmétique : les Corps sans prix, hors de toute race, de tout monde, de tout sexe, de toute descendance ! avec ces gels exfoliants «extrême douceur» à base de grain de sable fin : Solde de diamants sans contrôle !


Au rayon librairie: l’anarchie pour les masses, disponible sous le titre «l’Anarchie pour les nuls» ; des guides des meilleurs crus 2004 apportant la satisfaction irrépressible pour les amateurs supérieurs ; et un très grand choix de romances, dans la collection Arlequin, déclinant à l’infini le thème indémodable de la mort atroce pour les fidèles et les amants


Dans notre agence de voyage : les habitations et les migrations de vos prochaines vacances ;


Dans nos salles de gymnastique : tous les sports pour sculpter votre corps ;


Dans notre rayon meubles : féeries et comforts parfaits ;


Pour vous messieurs, dans notre rayon bricolage: le bruit, et le mouvement des perceuses et visseuses-dévisseuses nécessaires au montage de vos prochains meubles ;


Pour tous les amoureux : osez interroger nos voyants et l’avenir qu’ils font ! situés à l’occasion du «8ème Salon de la Voyance» dans l’allée centrale du niveau 1 ;


Au rayon informatique : venez découvrir les nouvelles applications de calcul et les sauts d’harmonie inouïs de nos derniers ordinateurs ;
leurs logiciels de toutes sortes, Les trouvailles et les termes non soupçonnés, leurs nouvelles possibilités captiveront votre esprit dans une possession immédiate, vous apportant un Elan insensé et infini aux splendeurs invisibles, aux délices insensibles, _ et ses secrets affolants pour chaque vice_ et sa gaîté effrayante pour la foule se pressant autour des démos de nos nouveaux jeux de combat en réseau ;


Enfin, dans l’ensemble de notre centre commercial, vous serez bercé par une ambiance inimitable qui vous est offerte avec les Corps, les voix, l’immense opulence inquestionable, ce qu’on ne vendra jamais : vous l’aurez compris, il s’agit de vous, chers clients !


Revenez nous voir le plus tôt possible : Les vendeurs ne sont pas à bout de solde !


Mais avant de rejoindre nos caissières peroxydées, n’hésitez pas à prendre tout votre temps pour flâner dans nos rayons car Les voyageurs que vous êtes n’ont pas à rendre leur commission de si tôt !


Merci de votre visite et à très bientôt !

 

 … difficile à admettre, mais les rêves de Rimbaud, aujourd’hui tous réalisés dans le centre commercial, n’étaient finalement que des rêves de supermarchés…
Désolé vieux, mais aussi grand voyant que tu pouvais être, un truc comme un centre commercial, tu ne pouvais vraiment pas le prévoir.
Sorte de boîte enchantée et bruyante où tout est à vendre, et pleine de tes Illuminations colorées !


Au fait, combien ton poème ?

 

 

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 20