REVUE 22

LA FIN D'UNE ESTHETIQUE ?

Entretien avec Marc JIMENEZ 6

Dernier point concernant les esthéticiens : les chercheurs, les institutions ne vont-ils pas devoir écrire de plus en plus sur ce rapport à la tradition, non plus ancienne, comme le plus grand public peut le réclamer, mais à une espèce de tradition récente, ou à une référence qui ne serait pas encore une tradition ?


J'ai envie de répondre, puisqu'on arrive en fin de parcours, par une boutade. Oui, à condition qu'il y ait encore des esthéticiens, car il s'agit d'une race en voie d'extinction.

Pourquoi ?

Tout simplement, parce qu'il y a un développement de la culture et du culturel au détriment de l'esthétique : je ne crois pas qu'on attende de la part des consommateurs culturels qu'ils réagissent de façon critique et distanciée par rapport aux artistes qu'on leur donne à consommer, mais au contraire qu'ils se conduisent face à la culture comme des clients se promenant dans un supermarché.

Une question se pose à l’issue de la lecture de votre livre: troublé par la question de savoir si l’art contemporain répond d’un système auto-référentiel, comment, le public comme les artistes, peuvent-ils effectuer un éventuel tri et quelle attitude adoptée devant l’essaim des propositions et des références qui leurs sont soumises ? Finalement, si l’art est auto-référentiel qu’en est il de la valeur de la référence ?


La solution dans un système politique comme la démocratie, c'est d’aborder tous ces problèmes au sein d'un même débat public, le plus élargi possible. Or en art, comme ailleurs, on va vers une forte individualisation des comportements, pour ne pas dire une forme d’égocentrisme, ce qui me semble en contradiction avec le projet même d'une démocratie généreusement partagée entre chacun. Mais je n’adhère pas à l’idée que l’art contemporain est auto-référentiel. Les œuvres actuelles traitent du monde dans lequel nous vivons, un univers de conflits, de violence, d’oppression multiples, parfois sur le mode de la dénonciation virulente, parfois avec ironie, dérision ou humour, parfois même de façon poétique…

 

MARC JIMENEZ

Entretien avec F. SENAUD. Avril 2005

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 22