banniere
.: UNE REDACTION .: DES EXPOSITIONS .: UNE LISTE DE DIFFUSION .: DES EXPERTS .: DES ARCHIVES
moteur moteur de recherches PREFIGURATIONS   effectuez un RECHERCHE par mot-clés
sommaire
EDITO
L'époque est au symbole, aux actions chargées de sens et qui le montrent. L'art s'affiche comme engagé. Et les images ne peuvent plus se permettre d'être simples. Pourtant des images en apparence neutres, bêtement figuratives sont aussi discursives, actives, politiques. De la puissance figurative du portrait officiel de Mao (montré par R.Thiodet) et du jeu de reflet de ces symboles simples par Erro (que décortique P.Fresnault), on découvre que les images innocentes peuvent être politiques.
On peut exposer de beaux dessins qui jouent par leur mise en scène sur ce besoin d'apparence du monde du travail (B.Foscolo, Rennes ) ou présenter platement les visages alignés d'anciens membres des Brigades rouges (T. Oehm, Palatinat). La charge de ces images innocentes est présente. Toutes ces choses à voir, à lire ici.

Dehors, dans la vraie vie, on vous invite à des images joyeuses qui n'en pensent pas moins, des bâtons de dynamique. Des places (05/11) pour la représentation de "Long life" du letton Hermanis qui attaque, sans paroles, "sans masque ni perruque", la vie quotidienne des vieux de Riga.

Une invitation (15/11) pour découvrir l'exposition d'un Alger "nooormal" et voir dans les couleurs des photographies de Jean Pierre Vallorani un Alger vivant, ce qui, là aussi, signifie beaucoup dans des images, un livre, un beau projet d'éditions (livre- disque et exposition) qui ne sont pas neutres.

Dehors encore, nous sommes partenaires du festival de films différents au centre culturel "la clef" qui examine, du 8 au 17 décembre 2006, cette question du politique (invitations à gagner pour la projection de films chinois). Festival qui s'interroge, lors d'une table ronde (base de toute politique) 05/12 sur la difficulté de faire connaître, résonner ces images apparemment formelles. Faire de la figuration intelligente, tel est le propos commun de ces réflexions. La base de cette revue. Des rencontres de la photo, du théâtre, du cinéma, autour d'arts qui se croisent. Tout le projet de PREFIGURATIONS.

FS
 
soldat  
  "Le propos vient, encore, interférer avec l’un de mes objets fétiches : la narration figurative, notamment celle qui a pour support l’image fixe. Le thème de l’arrivée en particulier ne laisse pas de m’intéresser.

En regardant les choses de loin le sujet de ce soir est un objet de compromis qui dit assez bien le va et vient que je ne cesse de faire entre les cultural studies et la Peinture"...


PIERRE FRESNAULT DERUELLE, sémiologue.

lire

>>Lire l'article...

   
 
  titre thiodet
« Cadré de face, la bête regarde au loin, à travers nous sans vraiment nous voir ni afficher le moindre affect: un chef d'oeuvre de fadeur et de neutralité, parfaitement lisse, Pas plus d'emphase qu'un photomaton dont il vante la banalité administrative... Juste une verrue incongrue mais bien centrée sur le menton, un dégradé rosâtre de ciel matinal au kitsch discret. La clientèle est enfoncée. Autre chose que le personnalisme plouc et sentimental des portraits de Staline, que ce personnalisme suintant, trahissant un romantisme ringard, petit bourgeois, agité, temporel, dialectique, historique...
lire

>> Lire l'article de Robin THIODET...

 
EXPOSITION : "LE CHAMPS DU SOCIAL "
«Un des travaux proposés consistait à interroger l'image dessinée au sein d'un dispositif scénographique (ne pas simplement concevoir le dessin accroché sur un mur et encadré) afin de pousser plus loin la conception de l'oeuvre et son support. Le propos développé est lui aussi basé sur le thème du travail, comme élément clef du fonctionnement de nos sociétés... De quoi se constitue notre image au travail ? Une apparence "usable", usante pas innocente.
diaporama

>> Voir le diaporama...

 
LES TERRORISTES de Thomas OEHM
" Que reste-t'il du souvenir des (X) jeunes gens qui franchirent la limite de la terreur après la comédie de 68 ? Des images bougées enflées et distordues, visages de destins brisés par la bêtise d'une utopie mal étayée, images en cours d'éffacement, souvenir vacillant médiatisé par les avis de recherche imprimés d'une police prise de panique. Né dans le Palatinat en 1958, Thomas Oehm a peint d'après ces affiches retrouvées une portion de la mémoire collective allemande, de ces visages célèbres le temps d'une cavale: la bande à Baader... Célèbres parce que maudits, célèbres par la vertu de la peur et qui seront ensuite renvoyés à leur impuissance anonyme. R. THIODET
diaporama

>> Voir le diaporama...

 
L'OEIL DE LA REDACTION : J. PENSE - dessinateur
Mauvais esprit en salle de rédaction..
  lire >>Voir le dessin...
LE SITE A VOIR
    emergence
Difficile de se faire une idée complète du cinéma expérimental sur sites: une petite présentation historique de l'expérimentation cinématographique par le ciné-club de Caen permettra de se situer (et d'y rattacher des noms connus (Godard, Bunuel, Warhol..). Presqu'impossible de voir des extraits des films eux-mêmes sauf sur le site du festival Emergence, une volonté de défendre les auteurs, la fragilité d'un média qui veut conserver un statut d'art en privilégiant l'expérience directe, la difficulté logicielle de les présenter ? Autant de pistes concernant l'invisibilité de ce média ?
R. GIL
>>voir le site... haut >>haut de page
 
prefig
 
THEATRE VISUEL "LONG LIFE" de Hermanis

Long life relate une journée dans la vie de très vieux retraités habitant un appartement communautaire de Riga. Un ancien Premier Ministre letton a dit un jour que les institutions économiques internationales chargées de superviser le passage des pays de l’Europe de l’est à une économie de marché avaient posé le sacrifice des retraités comme condition nécessaire pour assurer la transition du communisme au capitalisme. Ces pays pauvres ont donc dû utiliser l’argent des fonds de retraite pour d’autres investissements. Alors, toutes les personnes très âgées sont devenues des parias de la société lettonne qui les a isolées.


Dans une mise en scène proche de nos émissions de “télé-réalité”, Alvis Hermanis, jeune metteur en scène et directeur du Nouveau Théâtre de Riga, fait du spectateur un témoin de la vie quotidienne de ces vieux habitants. Sans masque et sans perruque, cinq jeunes comédiens se transforment en vieillards pour qui chaque geste, se laver, manger, devient une épreuve. La mise en scène fait sans cesse tourner la tragédie de l’inéluctable décrépitude à la farce grotesque. Et ce qui reste à la fin, c’est une expérience humaine de la fatalité, de la contingence, de la solitude et de la communauté, qui ne triche pas…

diaporama >>Voir le diaporama...  
Jouez >> Gagnez 2 places pour la représentation du mardi 5 novembre 2006. 20h30. Evry en nous indiquant dans quelle ville Hermanis place le décor de son théâtre visuel.
 
 
VERNISSAGE PHOTO/EDITION - EXPOSITIONS PHOTOGRAPHIES "ALGER NOOORMAL"

"J'ai réalisé ces images à l'occasion d'une commande destinée à la réalisation du livre "Alger nooormal" (Françoise Truffaut éditions, avec les auteurs Aziz Smati et Mohamed Ali Allalou). Photographies d'une ville et de ses habitants, reflet partiel et partial d'une réalité à un moment précis, elles trahissent ma préoccupation sur la légitimité de mon regard, à propos d'un pays meurtri qui ressent douloureusement toute prise de position sur son histoire et son présent.

Les images choisies sont des images "ouvertes", sans message clair, peut-être banales. (...)

Ces images sont des reflets fidèles et mécaniques de quelque chose qui s'est passé, pas de doute. Mais quoi ? Pour qui ? Qu'est-ce qui est là, qu'est-ce qui n'est plus là ? Qu'est-ce qui est précieux ?" Jean Pierre Vallorani

 
     
Exposition de photographies de Jean Pierre Valloraniet et extraits du livre "ALGER NOOORMAL" du 16 novembre au 22 décembre 2006. Galerie du théâtre de l'Agora. evry.
     
>> Invitation au vernissage. Galerie du théâtre de l'Agora. Mercredi 15 novembre 2006, 19h00 en présence du photographe Jean Pierre Vallorani. C'est gratuit mais on vous invite quand même !
diaporama >> Voir le diaporama
 
 
EVENEMENT : CINEMA EXPERIMENTAL
Du 8 au 17 décembre 2006 Centre Culturel La Clef 21 rue La Clef 75005 Paris
Le festival des Cinémas Différents de Paris constitue l’une des rares manifestations consacrée exclusivement au cinéma expérimental sous toutes ses formes. Cet événement offre ainsi une visibilité aux films avant-gardistes, engagés, indépendants, underground, alternatifs, différents. Le festival est organisé par le Collectif Jeune Cinéma, qui apparaît historiquement comme la première coopérative française de distribution et de promotion du cinéma expérimental.

L’objectif de ce festival non-compétitif s’incarne dans la volonté de rendre compte du dynamisme de la création contemporaine en s’attachant à défendre une certaine vision du cinéma. Cette vocation se manifeste à travers la diffusion des œuvres d’artistes libres, affranchis des contraintes du cinéma commercial, se vouant à l’expression de leurs convictions esthétiques, politiques, sociales ou personnelles.

L'édition du 8eme Festival des Cinémas Différents de Paris sera axée cette année sur la question du politique. La programamtion s'oriente donc vers une recherche de films différents et expérimentaux considérés comme politiques par leurs auteurs, dans quelque domaine que ce soit.

Présentation de la Table Ronde: La critique et le cinéma expérimental : Méconnaissance ou rejet ?

Malgré une ouverture de plus en plus visible des institutions (CNC ou Conseils Régionaux) et des festivals à des films différents et expérimentaux, on constate la frilosité des grands quotidiens nationaux (Libération, Le Monde ou L'Humanité), des hebdomadaires (Les Inrockuptibles ou Télérama), ou des revues de cinéma (Les Cahiers du Cinéma ou Repérages) à rendre compte de l'activité du cinéma différent et expérimental à travers ses films ou ses manifestations.

Quelles sont les raisons à l’origine du silence de plomb qui s'abat sur le cinéma différent et expérimental, mouvement en pleine expansion?

Est-ce la difficulté d'écrire sur un cinéma non-narratif, purement formel, nécessitant une autre approche de l'écriture ? La méconnaissance ou le non intérêt pour celui-ci de la part de critiques formés au cinéma d'auteur ou grand public ? Ou bien, plus simplement, la victoire de l'a priori le plus répandu qui consiste à croire que ce cinéma n'intéressera personne en dehors de son cercle d'initiés ?

C'est pour comprendre les motivations du manque d'intérêt manifesté par la critique traditionnelle que le 8ème Festival des Cinémas Différents de Paris organisera une table ronde intitulée : La critique et le cinéma expérimental : Méconnaissance ou rejet ?

Elle aura lieu le Samedi 9 Décembre 2006 à partir de 14 heures et sera animée par Raphaël Bassan, critique de cinéma, spécialiste du cinéma expérimental et membre du CJC.

>>Bientôt : Le programme à télécharger
>> Bientôt : GAGNEZ DEUX PLACES POUR LA SOIREE CINE EXPERIMENTAL
 
OBSERVATOIRE DU PAYSAGE URBAIN
 
OBSERVATOIRE DU PAYSAGE URBAIN
  LA VILLE, le paysage qu'elle crée n'est pas qu'un lieu, elle recèle l'énergie qui l'a conçue, celle qui lui donne son équilibre de représentation et se maintiendra sous ses transformations. Voici ce que nous voulons analyser, observer. Retrouver tous les numéros consacrés à la Ville. Des rencontres, des réflexions, des propositions, des promenades urbaines, des conférences.
lire >> Consulter les archives dont le dernier article sur "la Ville comme mouvement, déplacement" et des images de la visite d'Histoire du paysage...
EVRYLABORATOIRE.
diaporama

Des visites de l'envers du décor, des animations, des rencontres autour de promenades urbaines.

>> Voir le diaporama de la visite de Serge CLAVE du dimanche 17 septembre 2006 à l'ENMD d'Evry.

SITE ASSOCIATION MEMOIRE DE LA VILLE NOUVELLE


Présentation de l'association et de ses publications.

lire

"LA NAISSANCE D'UNE VILLE NOUVELLE" par ANDRE DARMAGNAC, ancien aménageur à l'EPEVRY

>> Lire l'entretien de juin 1995, extrait du 1er document mémoire de l'association Mémoire de la Ville Nouvelle "30 ans de ville nouvelle"...

haut >>haut de page
 
"PROJET 8.8"
« Le temps de la ville interprété sur 8 toiles de 2m sur 2: 7h, 10h, 13h, 16h, 19h, 22h, 01h; 7 lieux à 7 heures de la journée qui s'enchainent, s'emmêlent et forment le tissu d'une ville. Le travail du peintre F.SENAUD photographié étape par étapes jusqu'en novembre...
diaporama >>Episode 1. Mise en place à l'encre de la toile 5 "cathédrale19h"...
diaporama >>Episode 2. Esquisse à l'encre (à plat et/ou vertical) de la toile7 "JulesVallès01h" à partir d'une photo d'ambiance.
diaporama >>Episode 3. Dessin à l'encre (vertical et en tournant pour donner un mouvement une orientation aux coulures) de la toile 6 "GareVillage22h", esquisse du ciel à l'huile.
diaporama >>Episode 4. Travail à l'encre et pinceau à plat de la toile 1 "EcoleMaurios07h".
diaporama >>Episode 5. Petite mise en place au crayon et encrage en gamme de gris à l'encre de la toile 2 "Facdesmétiers10h".
diaporama >>Episode 6. Esquisse partie gauche de la double toile 4/5 "EpinettesSarfati16h". Encres
diaporama >>Episode 7. Work in progress de la partie droite de la double toile 4/5 "EpinettesSarfati16h" par la talentueuse D.SUCHEYRE. Dessin à l'encre vertical et couleurs explosives pour jouer avec ce manège architectural.
 
 
PARTENAIRES
Maison de Banlieue
et de
l'Architecture
Festival de film de femmes de Créteil Ville d'Evry Musée des Années 30 Studio Declic Musée Critique de la Sorbonne
Conseil Général
Syndicat national des auteurs et diffuseurs d'images
 
Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendu proscrite.
Analyse d'audience