banniere
.: UNE REDACTION .: DES EXPOSITIONS .: UNE LISTE DE DIFFUSION .: DES EXPERTS .: DES ARCHIVES
moteur moteur de recherches PREFIGURATIONS   effectuez un RECHERCHE par mot-clés
sommaire31
EDITO
La semaine dernière, le rédacteur en chef m'a demandé de réfléchir, puis d'écrire sur le béton.
Vaste programme quand on connaît ce qui m'occupe en général le plus clair de mon temps.
Ainsi, Le béton, bien connu de tous et ce, depuis longtemps, a bien mauvaise presse, et c'est bien fait pour lui. A-t-on idée d'avoir autant de qualités et d'être à ce point utile ? L'humain, plutôt porté sur la trahison, bastonne la mule qui le transporte, mord la main qui le nourrit et abhorre le béton qui le loge à bas prix et en toute assurance de pérennité, chez lui, à son travail et souvent en vacances.
Pour résumer, aucun matériau n'a jamais rendu autant service à l'homme que le béton. Le béton est le domestique le plus docile que l'homme n'a jamais eu à son service.
Louis-Ferdinand Destouches, alias Céline a dû dire au hasard de son œuvre, toujours marqué par la confiance en l'humanité et la bienveillance envers son prochain : "…les gens se vengent de ceux qui leur ont rendu service…"
Se trompait-il ? A toi lectrice, lecteur, d'en juger.
Je pense que Le matériau dont veut certainement parler le rédac'chef est en fait le béton armé, transcendance moderne du béton et qui a, en ce qui concerne les propriétés physiques, que des rapports lointains avec lui.

JP GODIN

LIRE LA SUITE.....
 
 
wtc

Le World Trade Center, Minoru Yamasaki, 1977.

Ou bien : "peut-on se passer de béton ?"

 

Je vais ici, cher lecteur, te convier à un petit voyage dans l'univers de la matière, de la structure, dans ce qu'elles ont de plus direct, de plus brutal, de plus essentiel, mais aussi de plus caché parce que de plus évident.
L'architecture, c'est l'art (aussi) de faire tenir les choses ensembles afin que tout ne se casse pas la figure. Pour illustrer mon propos, j'utiliserai un contre-exemple fameux, malheureusement plus célèbre par sa destruction que par son érection : les tours jumelles du World Trade Center, à New York.

lire

>>Lire l'article de Jean Philippe GODIN, architecte....

   
 
freyssinet titre_freyssinet
"La structure d'un bâtiment, ou gros-œuvre, c'est de 40 à 50% du budget total du bâtiment; il est clair que, plus on réfléchit intelligemment à une structure, plus celle-ci est économique. Egalement, outre le fait que ces hangars ne sont pas une œuvre d'architecte, l'époque tordait allégrement le cou à l'ornement, lui aussi gros consommateur de matière (allez donc vous rendre compte de ce qu'est un chapiteau de colonne corinthienne !)...
lire

>> Lire l'article de Jean Philippe GODIN, architecte...

 
lehavre "La cité des 4000 ou le martyr du béton"
 

La question n'était pas ici de fabriquer des "monuments populaires" tels les grands ensembles des démocraties, elles aussi, populaires. La question de l'architecture devait être, lors de la conception des tours et des barres, évacuée très vite du débat, elle le fut, merci pour elle. Nous verrons plus loin que, de toute manière, d'architecture, ici également, il est de la plus grande importance de ne pas parler.

lire

>>Lire l'article de Jean Philippe GODIN, architecte...

   
 
 

Fondé en 2001 et basé au Havre, Le Continuum de Ville rassemble des plasticiens diplômés des beaux-arts et de l'université. Axé sur la déambulation comme mode de découverte et de débat, le groupe privilégie la création collective sur fond de démarches individuellement poursuivies. Ses activités se poursuivent également sous forme de collaborations à géométrie plus variables.

lire

>>Lire l'article illustré...

>>Continuum de ville appartient au Réseau De Ville...
 
lehavre
« En tout cas, moi je regarde et c'est pas ce que je vois. Ce que je vois, c'est la beauté de la crasse sur le béton, justement, et la facilité avec laquelle le matériau brut patiné par le temps se lie à la terre sèche à la végétation, plutôt qu'il ne «(contraste) au maximum avec la nature environnante» et la grâce avec la quelle les indiens vivent cette ville, se l'approprient l'habitent, et l'intègrent à leur histoire. Ce qui me fascine c'est la manière dont l'artiste a pu rendre, grâce à la formidable souplesse du matériau, hommage à l'esprit indien en quelques somptueuses découpes courbes d'ombre et de lumière sur la peau rugueuse du matériau brut. Car l'Inde est là. L'Inde y est vivante et allégée de sa conscience de soi, de la tendance mortifère qu'ont toutes les vieilles cultures à l'auto-caricature...

 

  lire

>>Lire l'article de Robin THIODET...

 
lehavre

« Les villes de Lang et Murnau sont bien différentes. Chez Murnau, je pense aux gens qui l'habitent, ils sont au centre de la ville, alors que Metropolis vit elle même de ses habitants.

Le piano préparé, c'est à dire un piano dans lequel ont introduit entre les cordes des objets (boulons, gommes, pièce de monnaie etc...) m'aide à parler d'un univers urbain, parce qu'il permet tout une palette de rytmes étranges,notament dans Metropolis où la vie de la ville est rythmée par le travail répétitif des humains....
  lire >>Lire l'entretien avec Gaël MEVEL, pianiste...
  Jouez

>>Gagnez deux places pour écouter Gaël MEVEL..

 
obs_petite LA VILLE, le paysage qu'elle crée n'est pas qu'un lieu,
elle recèle l'énergie qui l'a conçue,
celle qui lui donne son équilibre de représentation et se maintiendra sous ses transformations.
voici le lien
EXPOSITION : "MARCHE ALTERNATIF AU HAVRE "
lehavre Sur les pas de Cyril HUREL, du groupe Continuum de Ville, un regard frais sur une ville ni béton froid ni patrimoine de l'humanité : un ensemble de faible hauteur qui se joue du contexte et n'affiche pas sa subtilité...
  diaporama >>Voir la promenade en images...
 
EXPOSITION : " Une architecture de béton en Essonne : Auguste Perret et ses élèves" "
   
 

Auguste Perret (1874-1954), figure de l’architecture contemporaine, fut l’un des premiers architectes à travailler le béton comme un matériau noble, à la manière de la pierre. De nombreux édifices et ensembles urbains illustrent cette approche novatrice, notamment la reconstruction du centre ville du Havre (inscrit en 2005 au Patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco).


En Essonne, à partir de 1948, Auguste Perret construit les premiers bâtiments du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à Saclay.
L’exposition permet de découvrir, entre autres, le CEA, mais aussi de mieux connaître les origines et les applications du béton, composant omniprésent de l’architecture contemporaine néanmoins méconnu. Elle évoque également les élèves de Perret qui ont laissé leur empreinte dans le département, comme par exemple, Guy Lagneau, auteur de la préfecture et du palais de justice d’Évry.

 

>>Conférence

- Samedi 10 mars à 14h30 : conférence « Auguste Perret, l’orfèvre du béton au service de l’atome : le CEA de Saclay » animée par Ana Bela de Araujo, architecte historienne et Fabrice Ollier, architecte au service du patrimoine culturel au conseil général de l’Essonne....

 

L'OEIL DE LA REDACTION : J. PENSE - dessinateur
Mauvais esprit en salle de rédaction..
  lire >>Voir le dessin...
"PROJET 8.8"

« Le temps de la ville interprété sur 8 toiles de 2m sur 2: 7h, 10h, 13h, 16h, 19h, 22h, 01h; 7 lieux à 7 heures de la journée qui s'enchainent, s'emmêlent et forment le tissu d'une ville. Le travail du peintre F.SENAUD photographié étape par étapes jusqu'en septembre...
diaporama >>Episode 1. Mise en place à l'encre de la toile 5 "cathédrale19h"...
diaporama >>Episode 2. Toile7 "JulesVallès01h" à partir d'une photo d'ambiance.
diaporama >>Episode 3. Toile 6 "GareVillage22h" les contrastes de la nuit qui arrive.
diaporama >>Episode 4. Travail à l'encre et pinceau à plat de la toile 1 "EcoleMaurios07h".
diaporama >>Episode 5. Petite mise en place au crayon et encrage en gamme de gris à l'encre de la toile 2 "Facdesmétiers10h".
diaporama >>Episode 6. Esquisse partie gauche de la double toile 4/5 "EpinettesSarfati16h". Encres
diaporama >>Episode 7. Work in progress de la partie droite de la double toile 4/5 "EpinettesSarfati16h" par la talentueuse D.SUCHEYRE. Dessin à l'encre vertical et couleurs explosives pour jouer avec ce manège architectural.
 
LE SITE A VOIR
   

Michel Derouault - Photographe

Michel Derouault fait davantage que des photographies: il fait des images. Des paysages urbains qui nous ont attirés tout d'abord, on peut y voir un piqué, une composition admirable qui dépasse le tour de force de ces prises de vue. Mais on y trouve aussi de vrais leçons de paysages urbains: ces vides tragiques, jamais composés, ces heurts autour des axes de circulation, la misère des tranistions entre les espaces.

La catégorie "Architectures" montre Saint Denis, Villetaneuse, La Courneuve magnifiquement. Et tort le cou à certaines idées: l'architecture de rénovation n'est pas toujours la plus réussie ! Une lumière magnifique et un cadre vraiment personnel.

Enfin des portraits d'ouvriers nobles, sans putasserie.

F. SENAUD

>>voir le site...
 
prefig
 
EVENEMENT : "CONSTRUIRE UNE VILLE ATELIERS ENFANTS"
"Construire une ville"
 

Avec Renée GIL, artiste, enseignante en Arts-plastiques, découverte de l’œuvre d’Auguste Perret par la construction d’une ville: des volumes simples peints puis assemblés. Une attention aux vides que ces bâtiments crées, puis un travail, à partir de photocopies sur le vocabulaire formel des façades néo-classiques de Perret.

Animation jeune public (pour les 10-12 ans)
Lundi 19, mardi 20 et mercredi 21 février (vacances scolaires).

.

lire

>>Sur réservation au 01 69 27 14 14...

   
prefig
EVENEMENT : " Des villes et des films du 10 au 16 janvier. Etampes (91) "
Le béton est-il la matière de la ville ? Le béton fut LE matériau qui permit toute l’architecture moderne. Et A. Perret, avant Le Corbusier, en révéla toutes les promesses révolutionnaires. Puis la reconstruction, la densité ont transformé ce synonyme d’innovation en synonyme de lourdeur, laideur. La revue prefigurations.com consacre son numéro 31 à cette question et, en prélude de l'exposition « Une architecture singulière en Essonne : Auguste PERRET et ses élèves », présentée à Chamarande par les Archives départementales de l’Essonne, vous propose de découvrir, commenter trois regards sur la ville : 1927, 1959, 1984, trois films où les matériaux de la ville – lumières, vitesse, foule, béton- sont des personnages à part entière :
  lire >>Télécharger le pdf de la grille horaire
 
CINE CONCERT METROPOLIS de Fritz Lang - 12 janvier à 20h30

Allemagne – 1h30 – 1927 – Muet
Avec Brigitte Helm, Alfred Abel, Rudolf Klein-Rogge
Des ouvriers travaillent dans les souterrains d'une fabuleuse métropole de l'an 2026. Ils assurent le bonheur des nantis. Un androïde mène les ouvriers vers la révolte.


Même si Metropolis de F. Lang est célébré par tous, il reste discuté. La vie, la ville qui y sont présenté sont atroces et… réalistes ! Le bonheur coûte cher aux riches comme aux pauvres. Les conditions qui permettent la ville sont lourdes. Mais le magnifique décor qu’elle nous présente nous attire toujours. Le cinéma serait le seul moyen de restituer le spectacle de la ville et l’accompagnement en direct de G.MEVEL, au piano, rend cette séance encore plus spectaculaire.

  Jouez >>Gagnez deux places ...
LES NUITS DE LA PLEINE LUNE d' Eric ROHMER 13 janvier

France – 1984 – 1h42 – couleur
Avec Tchéky Karyo, Pascale Ogier, Fabrice Luchini
Louise joue dangereusement avec les sentiments de ceux qu'elle séduit et Rémi, son compagnon, est le premier à en souffrir. Elle sera prise à son propre jeu le jour où Rémi en découvrira la clé.

Louise aime Rémi et sortir le soir. Mais Rémi, jeune architecte (T.Karyo) préfère jouer au tennis. Louise aime se coucher tard, Rémi aime se lever tôt. Louise (P.Ogier) hésite entre amour et aventure, séduction et distance, amitié et rêverie mais surtout, elle oscille entre Paris et Marne La Vallée, capitale et Ville Nouvelle.
Rohmer filme avec une simplicité prodigieuse le mouvement des sentiments dans ces géographies. Décors colorés, jeunesse des années 80 et musique d’Elli et Jacno.

Jouez >>Gagnez deux places ...
 
A BOUT DE SOUFFLE de Jean-Luc Godard 14 janvier

France – 1960 – 1h29 – Interdit au moins de 12 ans
Avec Jean-Paul Belmondo, Jean Seberg, Daniel Boulanger…
L'itinéraire d'un jeune délinquant qui, après avoir volé une voiture et tué un policier, est traqué par la police...

La ville c’est la vitesse, l’électricité, les flics aux trousses, la belle marchande de journaux sur les Champs- Elysées. Les routes, les rues, les impasses. Arrivé de Marseille, aujourd’hui à Paris, demain à Rome avec une jeune américaine croisée dans la rue. La ville est faite pour se retrouver, mais aussi fuir et se cacher. Et puis une ville, une fille vous « force à partir ».Godard filme dans la rue mais rien n’est réel. Il s’amuse, il va de rupture en rupture, il court après Belmondo et c’est la ville de la liberté et de la jeunesse.

Jouez >>Gagnez deux places ...
 
EXPOSITION " LA VILLE, DECOR DE CINEMA" 10 au 23 janvier

Exposition réalisée par la Maison de banlieue et d'architecture d'Athis-Mons, Théâtre municipal d’Étampes.

  >> Exposition commentée le dimanche 14 janvier à 18h.
>>haut de page
PARTENAIRES
Maison de Banlieue
et de
l'Architecture
Festival de film de femmes de Créteil Ville d'Evry Musée des Années 30 Studio Declic Musée Critique de la Sorbonne
Conseil Général
Syndicat national des auteurs et diffuseurs d'images
 
Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendu proscrite.
Analyse d'audience