REVUE 4

REVUE N°4

"LES MECANIQUES DE L'IMITATION"

L4IMITATION DETOURNEE : Entretien avec MARIE VIDON
LA PERFORMANCE PLUTOT QUE L'IMITATION. : entretien avec Florence DUPONT

L'IMITATION DANS LA MUSIQUE MEDIEVALE

 

DOSSIER : "LES STRATEGIES DE L'IMITATION"

Un dossier qui se demande si imitation + stratégie = figuration.

DOSSIER : "REPRODUIRE LE REEL ?"

Vision partielle, reconstitution du réel par son apparence, simplification des moyens par le dessin, il vaut mieux parler de représentation que d'imitation, non ?

 

 

ENTRETIEN AVEC MARIE VIDON, peintre

F.SENAUD

Converser avec Marie VIDON permet tout à la fois de découvrir un personnage et une oeuvre reliés entre eux, un art du détournement, du kitsch, du goût sans le discours sur le goût, une peinture reliée à la réalité plus mentalement que par le visible. Car son imitation, cet appui sur la figuration n'est qu'un prétexte de composition, de détournement : le petit monde figuratif, très coloré et très noir, que Marie s'est crée vit sans elle, on peut l'aimer sans elle.

Et même dans ses non - réponses, on peut voir que l'apparente imitation du figuratif est une construction, une reconstruction, un jeu de mécaniques.

HISTOIRES DE L'IMITATION

Serge TESKRAT

Première mise au point : toute l'histoire de l'art ne peut se ramener à une imitation du monde et pourtant l'histoire de la technique de capture du réel nous mène du bison sur le mur de la grotte jusqu'à la tour Eiffel en photo.

LA FAUSSE QUESTION DE L'OBSERVATION

Ce n'est pas le monde observé que l'on imite mais son apparence ou plutôt ses apparences. Et de la déception de la Renaissance de recréer la réalité par la représentation, de son intérêt pour l'apparence davantage que la perfection idéale du monde se relaient, selon Serge TESKRAT, dans le désir de la capturer mécaniquement

L'IMITATION MECANIQUE

L'avènement de la photographie, de la reproduction mécanique loin de tuer les autres arts leur a peut-être permis de se libérer d'une certaine recherche d'imitation, d'une légende d'un art chercheur de vérité. Dans le même temps, les interventions, les performances ont eu besoin de s'appuyer sur la reproduction photographique. Serge TESKRAT conclut l'histoire d'un compromis.

L'IMITATION DANS LA MUSIQUE MEDIEVALE

Philippe CAPPE

L'imitation est aussi un principe de composition musicale où chaque élément unis par un thème commun se déploie indépendemment les uns des autres. Permettant une oeuvre fine et structuré où se développe et le simple et le complexe.

L'HOMME ANIMAL MIMETIQUE

C.YAHIA

Pour donner une définition caractéristique de l'homme, Aristote dit : imiter.

Mais il prend soin de montrer ce qu'il crée, ce qu'il produit au travers de l'imitation, et distinguer plus finement ce qui fait l'homme: une représentation.

L'IMITATION CONTRE LA REPRESENTATION

Si la représentation n'était qu'une imitation, le problème du vraisemblable ne se poserait même pas ! Car ce qui est produit est un objet - sujet, un objet par le sujet et pour lui, du réel avec un goût d'homme dedans !

Mais la force du texte de C.YAHIA est de nous faire comprendre que penser la création par la représentation c'est dépasser les notions d'objet - modèle ou de sujet créateur tout puissant et surtout de poser comme un fait la concurrence de la représentation réussie avec le réel... et d'expliquer ainsi toutes ces querelles.

ENTRETIEN AVEC FLORENCE DUPONT

F.SENAUD

Par provocation nous pourrions dire que le théâtre à Rome est anti figuratif, anti représentation, il est un spectacle complet qui, contre toute notion d'imitation, développe du spectaculaire comme une performance. Il rejoint à bien des égards un certain théâtre contemporain. Et il nous intéresse par ce renversement.

Florence DUPONT n'est pas seulement LA spécialiste du spectacle romain (sa traduction de la "Marmite" de Plaute vient d'être joué, salle comble à Vincennes) auteur de "L'Orateur sans visage" (PUF) qui distingue le spectacle de l'orateur de celui de l'histrion, elle est la gentillesse et la précision réunie.

DU CHIC ET DU PONCIF

BAUDELAIRE distingue l'un de l'autre car ils relèvent l'un et l'autre d'un même fait moderne : l'absence de modèle et de nature. Et du moment de conscience que la peinture représente davantage qu'elle ne copie, qu'elle provient de la main et non de l'oeil.


REVUE 4