REVUE 7
 
Sur les usages du noir et sa tendance à l'abstraction
L'importance du noir, son autonomie au XVIIe puis avec CEZANNE ou MANET amène-t-il à l'abstraction ? CEZANNE_PORTRAITDOMINIQUE
A Reinhardt Comment différencier l'abstraction russe de MALEVITCH de l'abstraction américaine de REINHARDT, DE KOONING et KLINE à partir du noir ?

Et quels sens le XXe siècle en peinture puis récemment en photo prêtent-ils au noir ? Le décoratif, la séduction avec TAHARA ou WITKINS ? La profondeur, le mystère avec les grands chefs opérateurs de cinéma, ALTON, FIGUEROA ? Jusque la neutralité grise des BECHER ou de RICHTER, la figuration apprend l'ultra signifiance du noir et la difficulté de s'en débarasser.

Lexique à 26 entrées du noir chimique au noir métaphysique.

 

Variations sur le noir: Gravures, photos, dessins

ESPANOL RUIZ Gravure

ZIEGLER

Gravures

D. HOUGET

Photos

ESPANOL RUIZ

Gravures

 
EDITO "On peut couvrir de noir une surface sans crainte d'interprétations métaphoriques erronées. Une toile recouverte de noir reste une extension du dessin dans la mesure où c'est une extension du marquage. L'utilisation de toute autre couleur serait l'extension de la coloration avec ses inévitables allusions à la nature." dit R. SERRA
La couleur noire participe à la constitution du mythe de la peinture.
Dire avec Matisse que " L'emploi du noir comme couleur au même titre que les autres couleurs : jaune, bleu ou rouge, n'est pas chose nouvelle" nous permet de règler ce lieu commun. Car s'il est employé, varié comme n'importe quelle couleur, il n'agit pas, ne réagit pas comme toutes les couleurs. Il prend sa force de cette extériorité naturelle. Mieux, il semble, utilisé seul, qu'il puisse la créer.

 

 

 

 


REVUE 7