REVUE 11

Chuck Workman "killcastro"Exemples d'une propagande au cinéma : la propagande des Etats-Unis

Mais, les films soviétiques, à la différence des films américains, semblent avoir oublié un pouvoir important de l'image filmique. Les films de l'école soviétique sont, pour la plupart, de tendance réaliste, comme nous l'avons déjà expliqué, les films réalistes ont un pouvoir plus faible que les films irréalistes, fantastiques.

Il est vrai que ces films de propagande soviétique ont pour but de faire croire aux spectateurs qu'ils présentent la réalité telle qu'elle est, et qu'ils se doivent donc d'être de genre réaliste, mais leur faiblesse est alors de n'avoir du pouvoir que lorsqu'il s'adresse à la cible visée, baignée dans l'idéologie communiste de l'époque, face à un public qui n'est pas sa cible, il n'a plus aucun pouvoir, il en est presque caricatural.

Par contre, les films américains qui ont choisi le genre irréel, fantastique en divertissant nous transmet, bien que nous n'en ayons pas conscience (et en cela ils sont très comparables à l'hypnose, tels des hypnotiseurs ils transmettent des "informations" sans que nous en soyons conscients) une propagande morale, sociale voire politique, propagande qu'ils ne transmettent pas seulement à leur cible, les Américains, puisque ces films sont très "exportables". Nous pourrions même ajouter que la transmission d'une propagande par des films dont la seule finalité semble être de divertir est plus "subtile".

Wolf_Rilla_villagedesdamnesPrenons l'exemple du film " Le Village des Damnés " de Wolf Rilla, dans un village d'Angleterre, un groupe d'enfants, tous nés le même jour dans des circonstances étranges, sèment la terreur parmi les habitants, ce film qui semble bien inoffensif a pourtant une toute autre résonance lorsqu'on sait qu'il s'agit d'un film américain de 1960, période de la guerre froide entre les Etats-Unis et l'U.R.S.S, et que le groupe d'enfants qui sèment la terreur n'est constitué que d'enfants excessivement blonds, en réalité, il s'agit d'une allégorie de la guerre froide et du péril rouge, le message idéologique est simple : l'ennemi est parmi nous.

 

D'ailleurs, il est important d'insister sur le fait que l'enjeu idéologique de la plupart des films américains est de "rendre les américains encore plus américains" à la sortie de la salle de cinéma, et cela est toujours valable même longtemps après la fin de la guerre froide.

Serge Daney dans un article des Cahiers du cinéma ("Apocalypse Now de Francis Ford Coppola", dans Le goût de l'Amérique), nous explique : ""être" américain, ce n'est jamais très évident ni très simple (je n'insiste pas sur le melting pot et autres mythes), et il semble qu'on soit toujours prêt à faire n'importe quoi pour être encore plus américain (n'importe quoi : voir Kazan). Idéologiquement, l'enjeu de tous ces films (Alien, The Exorcist, The Deer Hunter même Encounters of the Third Kind) est de rendre les Américains encore plus Américains en leur faisant exorciser un Autre (en général maléfique) qui les hante ou les habite."

Et cette thèse nous a été confirmée par un court-métrage de propagande rassemblant des extraits de films américains n'étant pas pourtant des films de propagande :

 

"Hollywood sort un court-métrage de propagande pour les fêtes de fin d'année
LOS ANGELES, 14 décembre (AFP) - " Hollywood présente l'esprit des Etats-Unis ", une des premières productions réalisées par l'industrie cinématographique américaine pour contribuer à l'effort de guerre, sortira dans les salles pour les fêtes de fin d'année, a rapporté vendredi la presse spécialisée.

Chuck Workman "killcastro"

Réalisé par Chuck Workman, connu pour son "Kill Castro" ("Tuez Castro", 1980), ce montage de trois minutes de scènes patriotiques extraites de films de légende sera projeté dans quelque 10.000 salles dans les semaines à venir, selon le quotidien Hollywood Reporter. […] Mary Pickford, Charlie Chaplin, Tom Cruise, ou encore Ben Affleck apparaissent dans ce montage de scènes de 110 films censées montrer l'esprit américain, selon le Hollywood Reporter. "J'ai commencé par griffonner divers aspects du caractère américain comme l'honnêteté, la diversité, le courage et l'héroïsme. Ensuite j'ai cherché des films que le public pouvait reconnaître", a expliqué le réalisateur au journal. Depuis le début de la campagne militaire en Afghanistan, des représentants de la Maison Blanche ont rencontré à plusieurs reprises des réalisateurs et des producteurs d'Hollywood pour trouver des moyens pour la télévision et le cinéma de contribuer à l'effort de guerre, y compris en soutenant le moral des troupes et de la population".

 
Il nous semble donc évident que certains films transmettent une propagande religieuse, morale, sociale ou politique sans forcément que les spectateurs en aient conscience. Les films étant "la vision du monde" de l'auteur du film, ils contiennent donc un discours sur ce monde, discours qui peut ne pas être forcément au service d'une idéologie, peut-on pour autant dire que les films contiennent des idées ?

 

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 11