REVUE 25

Paysage urbain souterrain.

C’est sous terre, que l’on peut avoir le plaisir d’emprunter la vertigineuse mécanisation, qui apporte une modernité sensible à l’une des capitales européennes les plus visitées de par sa verticalité. Et nous permet de voyager rapidement comme au moyen d'une échelle, plus expéditive qu’un escalier.

 

 

L’escalier roulant, celui qui fût inventé en 1892 par J.F RENO et G.H WHEELER, avait un look de manège, avec ses marches de bois et le cliquetis incessant de ses roulements grinçants; mais il a connu depuis bien des changements, de par son automatisation et son design, apportant au paysage urbain souterrain une mutation qualitative…

Le nôtre est londonien et s’approche de la perfection (serait-ce typiquement londonien de vouloir s’approcher de la perfection ???). Et nous le remarquons que très peu, car dans son uniforme urbain sans originalité, il essaie de se fondre dans nos vies.

 

Grâce à ses proportions ergonomiques, il n’a rien à envier à d’autres, ressemblant à un module dessiné par Stephen Burks, jeune designer américain, d'une une verticalité incroyable, il apporte ce vertige que l’on peut retrouver dans les dernières réalisations architecturales de la ville, qui jaillissent le long de la tamise et des rues de la city et dont les Londoniens ont besoin, pour oublier que leur cité est aseptisée et sans rythmes, depuis que les punks l’ont désertée…

 

Descente imperturbable, il nous fait voyager, invincibles, entre ciel et terre. Obligatoire, ingénieux, racé de par son habit de métal brossé alumineux. Silencieux, nous dévalons comme au centre de l’espace rétréci en perspective, sa logique répondant parfaitement à l’onirisme du transporté. Car le Londonien empruntant ce bel objet mécanique au petit matin, rêve encore et toujours de perfection. Un escalier londonien dont la tenue, le sens inné de la politesse et la vie toute entière semble contrarier Philippe Stark qui annonçait, il y a quelques temps «nous devons remplacer la beauté, un concept culturel par la bonté, un concept humaniste»; l’escalier mécanique londonien réussi pourtant à joindre ces deux idées et c’est pour cela qu’il est l’acteur principal, le héros, celui qu’on admire tous en secret….

 

 

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 25