REVUE 1
UNE CENSURE SANS OBJET PRECIS

Manet "Dejeuner sur l'herbe"

A l'évidence, lorsque montrer ses mollets ou son visage est une indécence (nu est un terme employé en arabe pour désigner une femme qui sort sans voile), le nu tient de la pornographie pour ce qu'il transgresse de règles, de tabous. " Tabu " vient du polynésien et signifie interdit, sacré, ce que les profanes ne peuvent toucher sans commettre un sacrilège.

C'est en ce sens que les religions et la pornographie ont un lien " en miroir " : plus sévère sera la censure, plus la pornographie prendra sa connotation actuelle de débauche sexuelle.

Restif de la Bretonne en fait un adjectif vers 1769 mais c'est en 1842 (siècle des Lumières et des catégorisations par l'analyse) qu'il devient substantif.

Car à l'origine " pornographos " était un auteur parlant des prostituées, ces dernières étant des esclaves que l'on exposait (pro-statuere : placer devant) ce qui est considérablement éloigné de notre définition actuelle.

Manet "Dejeuner sur l'herbe"

La société se dégageant de ses carcans moraux, un œil plus libertin verra dans ce même nu, le beau, le sensuel, le troublant. D'ailleurs le " libertinus " latin est un affranchi puis par extension un " indocile aux croyances religieuses " !

Gouverné par Eros, le Dieu de l'Amour, l'érotisme est aussi en quelque sorte une " religion " dont la loi serait l'art de magnifier le plaisir des sens, ce dont Epicure a fait une célèbre doctrine.

Le regard moderne, quant à lui, rompu à la nudité, aura quelques difficultés à s'émouvoir d'un " simple " nu. Sans doute y faudra-t-il pour le moins une pose évocatrice. Car au-delà du fait d'être dévêtu, il y a la suggestion d'un acte possible, la tentation du toucher, les errances de la pensée. Pensez à cette belle femme aux chairs opulentes, assise complètement nue dans une clairière ensoleillée, entourée de Messieurs très " comme-il-faut " et habillés de pied en cap. Bien que ce nu soit en-soi très sage, sa situation le rend infiniment troublant. Le nu a finit par dire autre chose que lui même.

Un même nu vu à des époques ou dans des contrées différentes suggérera tour à tour la débauche, le sensualité ou... une femme nue. Question de " regard social ".

 

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 1