REVUE 2
II. 1 "Les nuages : remarques sur un non objet": Il y a des objets qui révèlent les limites des moyens du peintre : le nuage n'est pas une figure.

"Les nuages : remarques sur un non objet"

Jean Marc ALLAIS, peintre

 

nuagesJMA.Si on se réfère à notre expérience quotidienne le nuage que nous voyons est celui du temps qu'il fait : de la météorologie. Un grand nombre de gouttelettes d'eau en suspension dans l'air soumises à ses mouvements.

Ce qui frappe, après être resté un moment à l'observer, c'est par son aspect changeant, sa complexité et son immatérialité. Il prend continuellement une forme différente. Il nous cache la lumière du soleil mais un oiseau le traverse sans problème.

Il a de tels liens dans notre esprit avec cette idée d'immatérialité qu'il a basculé vers celle-ci en devenant quasiment un concept. Il présente de telles analogies avec nos pensées et leur processus de formation qu'il est difficile de savoir en l'imaginant si nous le voyons ou nous le pensons.

 

La physique l'utilise dans son soucis de donner une image à un phénomène qu'elle définit de manière abstraite dans son langage. Le nuage électronique par exemple.

Description d'une particule dont il faut résumer les mouvements à une probabilité de présence associée à un point de l'espace. Modèle qui réunit une certitude et l'impossibilité de connaître exactement. Etat microscopique mouvant d'une matière solide. nuages jma dessin

Il signifie dans son choix même une difficulté de représentation en même temps qu'il renferme une contradiction : avoir une structure et un perpétuel changement.

Car il reste en permanence identifiable en tant que nuage tout en restant insaisissable dans chacune de ses parties. Cette souplesse expliquant en partie son efficacité. Un nuage de points.

 

L'ensemble des représentations des expériences entachées d'influences particulières et inconnaissables mais d'où ,après traitement, émerge un ordre, un non hasard. Il est le double aspect successif de la représentation du phénomène. Il cache en même temps qu'il révèle. Il est à la frontière du connu et de l'inconnu . Dissimule le ciel mais par ses mouvements met en évidence la réalité de l'atmosphère. Il traduit assez bien l'idée de potentialité . GiRAUD "la sortie de bains3 détail.

Potentialité d'un ordre de l'accession à quelque chose de nouveau.

 

 

Jean Marc ALLAIS. Décembre 2000
SUITE "La limite de la déformation : Entretien avec Joël Giraud", de l'esquisse abtraite à la figuration. La connaissance des sujets, la reconnaissance des formes, le cadre dans lequel elles évoluent permet au peintre des libertés.
Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 2