REVUE 7

DES SCULPTURES ET DE LEUR EMPLACEMENT.

FIGURATIF ET SIGNFIANT EN ART URBAIN

Photo PLANQUETTE  Fresque de MAELLA "Les batisseurs" Détail

Henri JARRIGE, ancien urbaniste et actuel directeur de l'Office de Tourisme

Que signifient ces sculptures bizarroïdes qui ponctuent, ça et là, les cheminements piétons d'Evry Centre ?

Ce sont des valorisations de l'espace public, c'est à dire de ce linéaire de voies piétonnes qui relient entre eux les multiples services du cœur de ville. Celui qui doit aller à pied de la Préfecture au centre commercial ou de la gare centrale à l'Agora ou bien encore de l'université à la patinoire, rencontre, de temps en temps de ces objets aussi décoratifs qu'insolites.

 

Ce sont pourtant des signaux et ils sont là pour éveiller notre sensibilité. Leur localisation n'est jamais indifférente. Ils ont été positionnés pour soit servir de repère , soit susciter la complicité du promeneur.

planquette/planquette_placecathedrale.

Qui les a mis en place ? C'est l'architecte urbaniste du quartier, celui qui a été le chef d'orchestre coordonnateur des différents bâtiments entre eux. Dans tel ou tel endroit de son choix, parmi les espaces de liaison qu'il avait à concevoir, il a su convaincre un artiste plasticien de venir s'exprimer et il a également su trouver les moyens pour lui permettre de s'exprimer.

 

A chaque passant sa libre interprétation de l'objet. L'essentiel n'est-il pas de le faire réagir ? Qu'il s'approche, qu'il touche, qu'il se recule, qu'il se torde le cou, pourvu qu'il se souvienne ensuite et de l'objet et de son cadre.

 

SIGNIFICATION DE LA FRESQUE " LES BATISSEURS "

Parmi la douzaine de sculptures d'Evry Centre, il en est une qui pose crûment la question du figuratif et du signifiant en art urbain.

Il s'agit de la fresque intitulée " les bâtisseurs ", réalisée en 1985 par le sculpteur MAELLA et financée par l'Association pour le Mécénat d'Entreprises (AME).

Photo PLANQUETTE  Fresque de MAELLA "Les batisseurs" Détail

Située sur un mur de céramiques turquoises de l'allée Jacquard, à coté de la place des Terrasses de l'Agora, cette fresque est faite d'éléments de terre cuite ocre dessinant entre eux comme des rues et ponctués de taches bleues en forme de plans d'eau. Le coté droit de la fresque se termine par une main qui tient un instrument longiligne, terminé par une autre main à l'extrémité

 

Pas de pancarte. C'est le mystère qui pousse vite à l'indifférence, d'autant plus que l'on est sur une allée où passent 10 000 personnes par jour et dont l'entretien laisse à désirer.

 

Pourtant cette fresque est une dédicace ! Elle est un hommage aux bâtisseurs de la ville nouvelle et plus particulièrement à un certain grutier. Celui qui s'est sacrifié, un soir de grande tempête en novembre 1976. Alors que son engin commençait à basculer, il s'est aperçu que la flèche allait percuter des bureaux en face, où travaillaient encore des gens. Il a pris le temps de tourner cette flèche et, ce faisant, il a perdu un temps précieux et en est mort.

 

L'architecte urbaniste du quartier a posé là un signal souvenir. Que le passant s'interroge et que la postérité en améliore un jour la mise en valeur.

 

 

Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 6