REVUE 6
maquette_projetAUArefuséeMAQUETTES & REPRESENTATION DE L'ESPACE

Destinée à concrétiser une idée avant sa réalisation, la maquette est un outil de communication et de séduction qui aide à rassembler les suffrages lors du choix d'un projet.

 

Comme la maquette du sculpteur, la maquette architecturale permet d'apprécier les volumes et différents aspects du projet, parfois laissés dans l'ombre par le dessin ou le plan.

 

L'histoire nous en a laissé de fameux exemples, véritable oeuvre d'art pour certaines, ou simple outil de travail.

 

On l'a réalisée, suivant les époques, soit en bois, soit en cire, soit en terre cuite.

 

Une des plus anciennes connue, visible au musée de Damas, date de - 2400 av. JC, et représente une maison circulaire.

 

En France, on signale une maquette en cire au IX è siècle représentant la reconstruction de l'église de St-Germain d'Auxerre.

 

En Italie, elle fut très utilisée à la Renaissance, période faste de l'histoire de l'architecture. L'un des exemples le plus célèbre est la maquette en bois de la chapelle Ste Marie de la Fleur à Florence, réalisée par Francisco Talenti.

 

Il n'est pas rare, à cette époque que les architectes commencent leur carrière par la sculpture, art qui utilise également la maquette. Citons par exemple Brunelleschi, Michelozzo.

 

De nombreux corps de métier ont fait appel à ce support : des paysans-horlogers qui réalisaient une maquette du futur outil avant de le réaliser réellement , à l'industrie, les exemples ne manquent pas.

 

La plus importante collection française de maquettes est conservée au musée des plans-reliefs, installé dans le musée de l'armée. Ces plans ou maquettes furent constitués à l'origine en vue de préparer les campagnes militaires du roi. Le premier inventaire fut réalisé par Vauban, ministre de la guerre de Louis XIV, en 1697. Il recense 144 maquettes représentant 101 sites fortifiés. Elles donnent une idée précise de l'aspect des villes de l'époque.

 

Au fil des années, ces maquettes acquièrent le statut d'objet d'art. D'abord exposées à Versailles et Fontainebleau, elles sont ensuite transférées à l'hôtel des Invalides en 1774, où elles sont toujours.

 

La collection ainsi constituée est d'une exceptionnelle qualité. Tous les éléments du paysage y sont représentés : reliefs, cours d'eau, routes, champs, cultures. Grâce à cela, elles sont une source très riche de compréhension de l'histoire de l'urbanisme et de l'architecture.

 

La maquette est un objet parlant. On peut s'en approcher, la regarder de côté, d'en haut. D'un seul coup d'oeil, on a la vision de l'ensemble. L'engouement des parcs " miniatures " contemporains, sorte de maquettes de nos villes, de nos châteaux, résulte sans doute de cet attrait puissant. Elle permet au commun des mortels que nous sommes d'avoir une vision générale d'un quartier, d'une ville.

 

Dans les années 70, la construction des villes nouvelles fut l'occasion de nombreux concours urbains.

maquette projet UCY "Evry 1" présenté au Grand Palais en avril-mai 1973

A Evry, le plus important d'entre eux a été la construction d'un quartier (concours Evry 1), communément appelé les "Pyramides" du nom du projet lauréat.

 

Des 8 projets présentés aux décideurs, il nous reste, outre les documents écrits et les plans, les maquettes, qui montrent bien la diversité et la richesse des différentes propositions.

 

Associées aux documents de l'époque, et confrontées aux témoignages des pionniers, elles illustrent les débats passionnés que suscita la construction du quartier et de la ville nouvelle en général.

 

D'autres maquettes nous ont été confiées par les aménageurs, projets de quartier, projets d'équipements : maquette du lycée de Bondoufle, maquette du centre ville avec la cathédrale, la mairie, la mosquée.

 

maquette_projetAUArefusée

Projets avortés, aussi, abandonnés par les décideurs au gré des alternances politiques ou des aléas économiques : maquette de la cité du sport qui devait s'élever dans la ZAC du clos aux pois, à Lisses.

 

La maquette de l'agglomération (5m x 4m), associée à 4 photos aériennes de 1968 à 1994, installée dans un lieu de passage entre le théâtre et l'entrée du siège de la communauté d'agglomération, arrête le visiteur qui a soudain sa ville " à portée de main ". Elle focalise l'attention du passant sur le relief, le volume. Elle fait découvrir parfois, des quartiers peu visités.

 

Pour que perdurent ces trésors à travers les siècles, les conditions de conservation sont rigoureuses : l'hygrométrie et la luminosité doivent être irréprochables.

 

Les techniques de restauration ont aussi évolué avec le temps. On s'efforce de travailler avec les matériaux d'époque pour reconstituer les détails, mais la technique du laser est maintenant la plus utilisée pour procéder à un nettoyage.

 

Ainsi, dans quelques années, ces maquettes conservées et présentées aux générations futures, seront-elles les témoins incomparables de l'aventure des villes nouvelles.

 

 

documentaliste et archiviste de la Communauté d'Agglomération de la Ville Nouvelle.
Je rappelle que toutes les illustrations et textes cités sur ce site restent la propriété de leurs ayants droit légitimes. Ils seront retirés à leur demande. Toute utilisation à but commercial de matériel se trouvant sur ce site sans autorisation de leurs ayants-droit est bien entendue proscrite.

REVUE 6